Le Club FD

Mon ado...

Ma famille et moi

Découvrez les livres Femmes Débordées

LE LIVRE QUI VA VOUS SIMPLIFIER LA VIE AU QUOTIDIEN

Nouveau !

LE LIVRE QUI VA VOUS SIMPLIFIER LA VIE EN VACANCES

Mes outils malins du quotidien


Chaque jour ou presque, un bon plan, un conseil, une idée...Vite "aimez-nous !"
Adhérez au Club Femmes Débordées

Abonnez-vous, indiquez votre adresse mail.

9 trucs pour motiver son ado à bosser

motiver son ado à travailler
Il y a des enfants qui, dès les petites classes travaillent spontanément ! Parce qu'ils veulent avoir de bonnes notes, parce qu'ils veulent faire plaisir à leurs parents/instit/entourage, parce que l'école, ça leur plaît...
Il y en a d'autres pour qui c'est plus compliqué !
Parce qu'ils ne voient pas l'intérêt d'apprendre l'histoire ou la géographie, parce qu'ils s'ennuient à l'école, parce qu'avoir des bonnes notes pour faire plaisir aux parents, ils s'en "tapent", parce que c'est plus difficile, parce qu'ils n'aiment pas lire, parce qu'ils ne supportent pas de rester une heure assis à écouter...

Et quand vient ce doux moment de l'adolescence, la situation tend plutôt à s'aggraver !
L'élève modèle de primaire continuera à bien mener sa barque sauf que certains, quand les hormones commenceront à vraiment chahuter, dévieront quelque peu de la droite ligne et la motivation ne sera plus toujours au rendez-vous !
Quant aux autres, ça sera un combat de tous les jours, des hauts et des bas, des cris puis des hourras...Parce que la motivation, comme dirait Claude François "ça s'en va et ça revient..."

Des solutions miracles pour motiver son ado à bosser, on n'en a pas !
Par contre, des petits trucs qui marchent pour les motiver (pas tous et par sur tous les ados hein ! ), on en a ! Et les voilà !

1- Cernez la cause de ses mauvais résultats

mauvaise-note.gif
Vous connaissiez bien votre enfant, vous connaissez moins votre ado...
Pour quoi a-t-il eu ce 8 en math ?

C'est parce qu'il n'a pas travaillé suffisamment, ou qu'il n'a pas compris sa leçon, ou qu'il a été perturbé pour travailler par un événement important à ses yeux (chagrin d'amour, dispute...), ou que le prof le "saoule" et qu'il a pris la matière en grippe, ou qu'il était fatigué parce qu'il a passé une partie de sa nuit sur son téléphone ?
Le savez-vous ?


Essayer donc déjà de cerner la cause de son échec en parlant calmement de son résultat avec lui et en lui demander pourquoi à son avis il a eu cette note, en lui demandant de répondre honnêtement.

Si c'est parce qu'il n'a pas travaillé, demandez-lui de se reprendre et que si au prochain contrôle il a encore une mauvaise note, vous devrez prendre des mesures...

Si c'est parce qu'il a lâché la matière, parce qu'il ne comprend pas, que c'est trop compliqué, essayez de lui donner des cours pour qu'il se remette à niveau.

Si c'est parce qu'il passe sa vie sur le net ou son portable, on supprime l'accès à internet sur un créneau horaire durant lequel il doit bosser. Et on lui demande son portable / tablette...

Si c'est parce qu'il est mal dans ses baskets ou malheureux, il risque de ne pas vous le dire mais son comportement général devrait trahir son état. A nous d'être à l'écoute, de maintenir le dialogue, surtout si on le sent en souffrance et de trouver des solutions pour qu'il aille mieux !

2- Faites baisser la pression

faites baisser la pression
A force d'entendre que le fils de Machine est rentré à HEC, que la fille de Truc a lu tous les Harry Potter à 8 ans, que son autre fille "s'ennuie tellement en classe", que le cousin a eu son bac mention Très Bien, on en vient à se dire que soit, on a raté un trucs dans l'éducation des nôtres, soit les nôtres se foutent de nous en en faisant le strict minimum !

Les 2 options étant inacceptables pour notre ego de mère, on leur met la pression ...même inconsciemment !

Le premier trucs qu'on leur demande en rentrant le soir, c'est "t'as eu des notes ?"
On leur parle du collège ou du lycée à chaque repas.
On se connecte sur le site internet de l'école pour voir leur moyenne par rapport à celle de la classe. Et on les engueule si elle est en dessous...
Les notes ne sont jamais assez bonnes...Si elle a eu 15, on demande la moyenne de la classe (pire on va vérifier) avant de la féliciter...

Avouez, c'est pesant non ?
Alors et d'une, à table, on parle à son ado d'autre chose que de l'école et des notes...
On organise des trucs fun ensemble (attention, c'est un ado et ce qui est fun pour vous ne l'est pas forcément pour lui !)
Ciné, virée shopping, voyages en famille...Vous connaissez ses goûts !

3- Ne mettez pas la barre trop haute

barre-trop-haute.jpg
Parce qu'on stresse quant à leur avenir, on est du genre à mettre la barre un peu haute !

Il doit avoir 14 de moyenne générale...
On est déçu s'il n'a que les compliments et pas les félicitations.
On veut au minimum la mention Bien au brevet, parce que le brevet, c'est une formalité !
Hors de question d'envisager une autre voie que la voie générale au bac...

Devant des enjeux qui peuvent lui paraître insurmontables, votre ado va perdre sa motivation parce que les objectifs ne sont pas atteignables à ses yeux !
Du coup,il peut raisonner en se disant que vu qu'il se fera engueuler ou que vous serez déçue s'il n'est pas à la hauteur, autant ne pas s'acharner à bosser pour avoir un 12 alors que vous attendez un 15 !


Revoyez vos objectifs !
S'il part avec 10 de moyenne en français, félicitez-le quand il a 12 et encouragez-le à persévérer.

4- Valorisez-le !

encouragements.jpg
Valorisez chacun de ses bons résultats ! Quitte même à minimiser les moins bons !
En le valorisant, vous lui donnerez envie d'y arriver !


Votre ado n'est pas doué pour les maths, n'est pas littéraire, voire n'est pas scolaire du tout !
Il a d'autres qualités !
Prenez en compte ses qualités artistiques ou sportives mais aussi ses qualités intrinsèques !

Mon l'aînée est loin des 15 de moyenne générale en seconde, mais c'est la joie de vivre incarnée, une leadeuse charismatique, extravertie et bien dans ses baskets ! Elle a beaucoup d'humour et les gens l'apprécient quelque soit leur âge ! Autant de qualités qui seront des atouts formidables et feront la différence quand elle devra se vendre sur le marché du travail !

Et montrez-lui ses qualités de façon à ce qu'il puisse les identifier et les transférer dans son travail scolaire !
Sa capacité d'être super à l'aise en public, sera une force incroyable lors des exposés puis des oraux aux examens si tant est qu'il ait travaillé le sujet !

5- Ne le comparez pas aux autres

A force de dire que le fils de notre copine Isa, qui a le même âge que notre ado, a 16 de moyenne générale et fait en plus du tennis comme un dieu, ou, à chaque fois que sa soeur revient avec une bonne note faire des insinuations comme "heureusement, il y en a un sur deux qui marche bien...", votre ado va non seulement perdre confiance en lui mais en plus se démotiver complètement !

On arrête donc ces comparaisons absurdes ! A la place, on met en avant ses progressions !
Et s'il ne progresse pas, voire régresse, retourne au point 1 (cernez la cause de ses mauvais résultats).


Notre rôle de parent est de lui donner confiance en lui plutôt que l'enfoncer par des sous-entendus blessants !

6- Encouragez-le !

pom-pom-girl.jpg
L"échec entraîne l'échec ! C'est une spirale infernale: il ne travaille pas assez, il a de mauvais résultats, il baisse les bras, les parents l'engueulent, le menacent ou le punissent, il n'a plus confiance en lui, il aura forcément encore des mauvaises notes parce qu'il pense que "de toute manière, il est nul", et cette image va lui coller à la peau toute l'année scolaire !

On peut essayer d'agir comme un coach sportif, en l'encourageant, le motivant,
"Il n'y a pas de raisons pour que tu n'y arrives pas". "Je crois en toi et tu dois croire en toi !", "Tu as toutes les capacités, il suffit juste que tu t'organises dans ton travail"..." Tu as eu une mauvaise note mais la prochaine fois tu peux mieux faire si tu le veux"...


Votre ado va reprendre confiance en lui parce qu'il sent que vous avez confiance en lui.
Il doit aussi se sentir soutenu. Sentir que vous êtes là pour lui et que votre amour pour lui ne changera pas quelque soit ses résultats. Et si au bout du compte, c'est la cata alors qu'il a tout fait pour y arriver, on prend le taureau par les cornes: cours particuliers proposés dans un esprit bienveillant !

7- Jouez-la malin !

Bon, on n'est pas née de la dernière pluie alors pour motiver son ado, il y a aussi...la carotte !

Attention, pas de carotte négative genre: si tu n'as pas plus de 14 à ton prochain devoir de math, tu seras privé de téléphone portable pendant une semaine (ou de la fête de Zoé !)

Mais la vraie carotte...sur des efforts portés sur du long terme et surtout sur des objectifs atteignables !
Si tu t'engages à travailler davantage, tes résultats s'amélioreront et nous seront alors d'accord pour que tu passes les vacances de la Toussaint avec ta copine...
Si tu augmentes ta moyenne de 2 points en math, tu pourras organiser un paintball avec tes copains...
Si tu as ton brevet avec mention, nous t'offrirons une semaine de stage de surf...

On peut aussi lui fixer des objectifs à court terme avec des petites carottes...

Il faut lui faire prendre conscience que rien n'est dû ! Mais qu'en fournissant des efforts, en plus de sa satisfaction personnelle, il obtiendra ce qu'il souhaite !
Mais si le contrat n'est pas rempli, tant pis pour lui (ou elle) ! Moins de sorties, d'autonomie, de liberté...

8- Trouvez ensemble ce qui pourrait l'intéresser

salon-etudiant.jpg
Les cours ne l'intéressent pas...Il ne voit pas pourquoi il doit apprendre des formules qui ne lui serviront à rien, des cours dont il ne voit pas l'utilité, des langues qu'il ne compte jamais parler...
Un ado ne sait pas ce qu'il fera demain, rares sont ceux qui se projettent dans leur avenir.
Alors leur dire qu'ils doivent bosser au collège puis au lycée pour avoir un bel avenir, ça leur passe par dessus la tête !

Dès la seconde, on peut les emmener dans des salons d'étudiants pour leur faire découvrir des études qui pourront leur plaire et les motiveront à travailler au lycée !

Rien de pire que la formule toute faite "tu finiras caissière !", qui va avoir pour seul rôle de dévaloriser l'ado et de lui faire perdre sa confiance en lui.

Il faut au contraire, l'aider à trouver sa voie, qu'elle soit classique ou pas !

9- Autorisez-le à être un peu "sélectif" !

Ouh lalalalalala ! On ne sait pas si on va vous le partager ce conseil parce que l'on sait qu'on va se récolter les foudres de certaines !
Bon, on y va !
Quand vraiment vous sentez que votre ado au du mal à gérer toutes ses matières, et que pourtant, il fait des efforts, mais que la démotivation guette face à cette insurmontable montagne de devoirs jours après jours (dixit l'ado hein !) définissez des "priorités" ! Par exemple, passer du temps à revoir ses maths et son français, et lâcher un peu sur la techno ou les SVT...
Attention, on ne vous dit pas qu'on est Ok pour qu'il n'en rame pas une sur certaines matières ! Non ! Mais que s'il a une note passable (voire plus que passable !) en techno, ça sera moins grave qu'en maths !
C'est "border" nous direz-vous ? Sauf que si au bout du compte, ça lui permet d'assurer et de remonter sa moyenne dans des matières "clés" c'est déjà ça de gagner !

Vos réactions


Carole, le 23/10/2017
Oui tout cela fonctionne et rien n'est jamais gagné, il y a des hauts de bas, mais franchement c'est vrai ça marche.
Notre fille est en 3eme, gros enjeux cette année avec le brevet et nous on marche à la carotte positive. Grosse carotte car le deal c'est que si elle a mention très bien à son brevet (et elle en est tout à fait capable, ce n'est pas une chose suréaliste) elle pourra choisir le mobile de son choix, même un iphone X ! jusqu'à l'année dernière nous ne lui avions jamais acheté de mobile, elle avait toujours eu nos anciens qui n'étaient pas des smartphones. L'année dernière pour son anniversaire nous lui avions offert un J5 mais elle est limitée en capacité et elle râle souvent. Donc, on lui a mis le marché en mains et bingo ! elle est supra motivée car elle sait que du coup si elle bosse bien tout au long de l'année, elle aura déjà la moitié des points nécessaires et le reste à l'examen devrait être moins tendu. Elle a déjà fait tous ses calculs ! et franchement je suis épatée du résultat :)

Guylaine , le 4/11/2016
Un petit truc qui marche assez bien : J'évalue la quantité de travail nécessaire chaque soir. Nous nous mettons d'accord sur , par exemple, 1 h de travail, et le minuteur tourne. Au bout d'une heure, mon fils a le droit d'arrêter de travailler, même si tout n'est pas fini, à condition bien sûr d'être à fond pendant cette heure de travail.
Il sait qu'il aura encore un peu de temps libre après le travail pour jouer, alors il est plus motivé. A réserver pour les moins de 15 ans, mais ça marche !

Christelle, le 28/10/2016
Très sympa votre article. Je suis votre site depuis des années et ma fille aînée entre désormais dans l'adolescence. Je pratique déjà certains de vos conseils mais voulais réagir sur le numéro 9. Je pense qu'il s'agit d"un conseil fort avisé de votre part. Pour ma part, je lâche prise sur la techno, le sport et les arts plastiques. Lorsqu'il lui arrive d'avoir des mauvaises notes ou des notes moyennes sur ces matières, je lâche un "on s'en fout de cette matière" qui la fait beaucoup rire et permet de relâcher la pression de temps en temps. En revanche je suis coupable de placer la barre haut sur le reste...d'où l’intérêt de pratiquer le conseil 9. Merci pour tous vos conseils.

Virgnie, le 8/04/2016
Excellent article ! j'ai personnellement expérimenté ceci avec ma fille de 13 ans, qui a une année de 4ème assez difficile. J'ai repris les devoirs et les leçons avec elle tous les soirs, comme en primaire, pendant 1 mois. meme si cela ne s'est pas ressenti vraiment sur les notes, elle s'est ensuite plus impliquée dans son travail, et cela a été remarqué par ses profs.
ça prend du temps mais tant pis, de plus cela nous a de nouveau rapproché, cadeau bonus :)

Réagir à cet article

Vous souhaitez réagir à cet article, donner votre avis ou des astuces. Remplissez le formulaire ci-dessous.
Nom

Prénom

Email

Je réagis à l'article

Vos commentaires